catherine staebler

Catherine Staebler

À quoi ressemble ton bureau ?

Il y a beaucoup de miettes et des endroits où ça colle un peu. On y trouve à manger, à boire, une couverture, mes chaussures, un rouleau de papier toilette, et… de quoi travailler, bien sûr! De quoi tenir un siège, en somme.

Avec quoi dessines-tu ?

Avec des plumes et de l'encre de Chine.

Musique, radio, ou silence ?

Silence pour se concentrer, musique pour les idées, et radio pour fignoler!

Spaguetti ou coquillettes ?

Tortilles (et parmesan) ! Les spaghettis, j'y arrive pas. Et les coquillettes c'est trop petit.

Ta bande dessinée préférée quand tu étais petite ?

Docteur Poche, de Wasterlain ! Parce qu'il peut voler et qu'il lui arrive plein d'aventure dans des pays imaginaires peuplés de créatures fantastiques ! Et il résout toujours les problèmes grâce à l'aide des amis qu'il se fait en chemin.
Donito, de Conrad. C'est l'histoire d'un petit garçon qui apprend à respirer sous l'eau, dans les Caraïbes. Les couleurs de cette bande dessinée sont magnifiques.

Quand tu étais petite, le livre et la musique pour te faire marrer ?

En BD : Tom Carbone de Cromheecke. En chanson : Merdocu, du Roi des Papas, bien sûr.

Quand tu étais petite, ton livre, musique ou film pour te faire peur ?

Dans la Belle au Bois Dormant, le passage où Belle est hypnotisée et monte dans la tour. Ce visage blanc, ces yeux verts… cela me terrorisait !

Quand tu étais petite, les livres pour te consoler ?

L'Ours Barnabé de Philippe Coudray. Le Diable aux trois cheveux d'or, conté par Marlène Jobert.
Les morceaux pour piano de Béla Bartók, quand ma sœur les jouait au piano.

Ton héroïne préférée ?

Marion Duval, d'Yvan Pommaux. C'est la fille d'un journaliste, elle est curieuse et très intelligente. Et puis elle est très courageuse et honnête !

Plume à encre ou stylo bille ?

Plume à encre quand j'étais petite. Mais maintenant, je préfère le stylo bille.

Cartable ou sac à dos ?

Cartable !

Ta blague préférée ?

Elles me font toutes rires, mais je ne m'en souviens jamais… Ce qui me rend triste. Et du coup, il faut me raconter d'autres blagues.

Un truc d’enfant à ne pas oublier quand on est grand ?

Faire des câlins à ses parents !